Nous étions la première semaine de novembre présent à New-York pour la saison des ventes impressionnistes et modernes de New-York pour accompagner un client dans le cadre de la vente aux enchères de ses œuvres. Cette année ces ventes avaient un caractère exceptionnel puisque Sotheby’s présentait aux enchères la collection Taubman ancien dirigent de la maison de vente. En deux jours c’est plus de 377 millions de dollars qui se sont échangés.

image

A l’issue de ces ventes nous retiendrons trois grandes tendances du marché de l’art international :

  • La financiarisation du marché de l’art avec la multiplication des prix garantis connaît ses limites. La collection Taubman qui était garantie s’est vendue avec beaucoup de mollesse. Les acheteurs ont refusé de surpayer des œuvres dont les estimations étaient trop élevées. Conséquence : beaucoup d’œuvres se sont vendues sous l’estimation basse.
  • La grande sélectivité du marché qui refuse les estimations trop élevées. Le marché de l’art a connu ces dernières années un grand développement. Les acheteurs refusent aujourd’hui de payer trop cher et s’écartent des œuvres aux estimations trop poussées.
  • Le changement de goût mondial est incontestable. Nous l’avions déjà noté dans un article du Monde il y a deux ans. Désormais, il est possible de noter un désintérêt notable pour les œuvres un peu datées du 19ème et un attrait incroyable pour les œuvres modernes ou contemporaines. Nous considérons qu’il ne s’agit pas là d’un phénomène passager ou d’un effet de mode. Il s’agit bien d’un mouvement en profondeur.

IMG_2348

 

 

Publicités